Historique du CRD

Créé en 1989, sous forme de projet, par le gouvernement guinéen et l’AFD (CFD à l’époque), avec IRAM comme opérateur technique, le CRG a traversé quatre phases correspondant chacune à des objectifs bien définis (expérimentation, diffusion, diversification, implication des bénéficiaires, institutionnalisation et privatisation)
Le 28 Novembre 2001, le CRG projet public réussit sa privatisation en S.A,
En 2011 son capital est passé de 528 millions à 8 milliards afin de renforcer la SOLIDITE FINANCIERE de la SA (voir la géographie du capital dans le tableau suivant)

Lire la suite

En 2011 son capital est passé de 528 millions à 8 milliards afin de renforcer la SOLIDITE FINANCIERE de la SA (voir la géographie du capital dans le tableau suivant)


Objectifs spécifiques

Il faut rappeler que chaque collège vise des objectifs spécifiques. Il s’agit :

 

  • De l’accès à un service pérenne de crédit et d’épargne pour les associés des caisses locales ;
  • De l’accès à un emploi permanent pour les salariés ;
  • Et de la contribution au développement économique et social durable du pays pour les partenaires. ;

  • Le principal bailleur de fonds qui a assisté et accompagné le CRG depuis le départ est l’Agence Française de Développement. Sa dernière convention de financement a expiré en fin 2009,
  • Le CRG a été également assisté par d’autres partenaires notamment l’UE, l’USAID, le FENU, la BID, la BAD
  • Les partenaires actuels du CRG sont: la SIDI, l’IRAM (partenaires au capital), la BID, le Programme de développement social durable (PDSD), le CORDAID, l’OIM et quelques institutions financières (BICIGUI, SGBG, UIBG, ECOBANK, SOFIG, ICS) avec qui le CRG développe des partenariats commerciaux.

    En terme d'orientations, la direction privilegie les axes suivants:
  • La stabilisation du niveau des octrois de crédit.
  • Le développement des autres produits notamment le transfert d’argent, les prestations de service de formation, la tontine et éventuellement la micro-assurance.
  • Le développement des autres produits notamment le transfert d’argent, les prestations de service de formation, la tontine et éventuellement la micro-assurance.
  • La fiabilisation du système d’information et le renforcement de capacité du personnel.